Migrations et numérique (2003-2015)

Le programme Migrations & Numérique, dirigé par Dana Diminescu à la Fondation Maison des sciences de l’homme de 2003 à 2015, avait pour ambition de développer et d’enrichir la recherche dans le domaine des migrations, en mobilisant les concepts, méthodologies et stratégies de valorisation spécifiques à l’exploration numérique. Il s’agit ainsi à la fois d’utiliser le numérique comme instrument d’analyse (capture, traitement, visualisation de données etc.), mais également d’appréhender le numérique comme objet d’étude, en s’attachant à analyser un matériau empirique « nativement  numérique » – c’est-à-dire produit par des dispositifs socio-techniques qui recouvrent désormais toutes les dimensions de la vie sociale, économique, culturelle, ou politique. Le programme se situe ainsi à la croisée des études migratoires et du champ des humanités numériques (digital humanities) et des sciences sociales computationnelles (computational social sciences).

Il s’agissait d’un programme important de la FMSH, établi en partenariat avec Télécom ParisTech, et qui constituait le prolongement de deux programmes de recherche en place à la FMSH depuis plus de 10 ans : TIC-Migrations et Migrations Internationales. Le programme était donc ouvert à tous les projets concernant les migrations internationales, et s’intéressait aux usages des TIC par les migrants. Cependant, l’équipe travaillait sur des projets plus classiques en sciences sociales qui souhaitaient intégrer une dimension numérique.

Le programme fonctionnait en outre sous un régime qui était qualifié d’excubateur (http://www.extic-m.org), alliance d’exchange et incubateur, c’est-à-dire un espace d’échanges inspiré des hackerspaces et orienté vers l’innovation sociale au sens large, à destination des populations migrantes. Il s’agissait d’identifier, d’accompagner et de soutenir des projets dont la dimension innovante était tournée vers les problématiques sociales spécifiques aux migrations. Ceux-ci venaient s’appuyer concrètement sur l’expertise disponible au sein du programme, pour développer des recherches universitaires mais également des services, des politiques publiques, des initiatives associatives ou pédagogiques, qui soient en phase avec les migrations contemporaines et leurs dimensions socio-techniques. Il s’agissait ainsi d’entrer dans une dynamique qui puisse inclure des acteurs de la société civile, des entrepreneurs, des représentants des médias et de la sphère politique.

Le programme s’intéressait également aux dimensions pédagogiques et à la question de la valorisation de la recherche. A ces divers titres, il était impliqué dans une réflexion sur la diffusion des savoirs à travers notamment des écoles d’été et des cours en ligne, ainsi que sur un partenariat avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration destiné à développer des initiatives de « patrimoine augmenté ».

Enfin, constatant une carence au sein de la recherche universitaire, le programme souhaitait œuvrer à la reconnaissance institutionnelle des humanités numériques et des compétences scientifiques développées par les chercheurs impliqués dans ces disciplines.

Les outils

Le programme avait pour ambition de renouveler ou d’adapter les méthodologies d’investigation dans le domaine des migrations, et a œuvré à la mise au point d’outils à cet effet.

En partenariat avec l’association WebAtlas et l’entreprise France Télécom, le logiciel « Navicrawler » (outil d’exploration du Web, sous licence GPL) a été développé et expérimenté pour répondre aux besoins des chercheurs du groupe (et aux chercheurs en sciences humaines en général). Le programme a également accompagné l’association Gephi pour le développement du logiciel Gephi (licence GPL) pour la visualisation et la manipulation de graphes.

Une plateforme d’édition et de publication de corpus Web (« atelier de ressources ») adapté aux chercheurs en sciences humaines a été développée. Cette plateforme accueille la version numérique de l’e-Diasporas Atlas.

D’autres logiciels ont également été développés pour constituer un ensemble d’outils cohérents pour le traitement de l’information  numérique (« Timmy », « Flem », outils de geolocalisation). Un « Gexf Explorer » a été développé pour la publication de graphes au format Flash interactif pour intégrer les cartographies à des sites Web. Ces travaux comprennent la production de documentation et de documents méthodologiques.

Les stratégies d’archivage (logiques de requêtes, critères de tri et de diffusion) font l’objet de travaux en collaboration avec l’INA – Institut National de l’Audiovisuel – qui dispose d’une expérience en matière de collecte et archivage de flux d’informations.

Les partenariats

Le  programme s’est associé à de nombreuses autres institutions pour la mise au point des outils, la réflexion méthodologique, la réalisation de projets, l’organisation de séminaires.

En France, les principales collaborations étaient avec le laboratoire Migrinter (CNRS, Poitiers), Telecom ParisTech, l’Université de technologie de Compiègne, le programme « Diaspora Knowledge Network » (DKN) du laboratoire LIMSI (CNRS), l’Université Toulouse Le Mirail, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), les entreprises Exalead, Linkfluence (ex-RTGI), France Telecom, Société Générale, Orange, les associations WebAtlas, Silicon Sentier, VECAM, etc.

A l’étranger, l’équipe travaillait plus particulièrement avec l’université de Stanford (Humanities+Design research program), l’université de Barcelone, the Institute for Prospective Technological Studies (IPTS, Séville), the Internet Interdisciplinary Institute IN3 (Barcelone), l’université de Leeds (Institute of Communication Studies), l’Expertise Centre on Competitiveness & Innovation – IDC EMEA (C&I Centre), l’université polytechnique de Milan, l’université de Brême, etc.